Parlons d’urbanisation

Trilib ou la ville dans laquelle nous aimerions vivre

Cette histoire parle de l’avenir et de la façon dont nous voulons vivre ensemble dans nos villes. Parce que d’un point de vue statistique, les villes sont assurément notre avenir, du moins pour la majorité d’entre nous. Il s’agit d’une station de tri des déchets appelée Trilib et de Paris. Et comme Paris et l’avenir sont traditionnellement mentionnés dans le même souffle – il suffit de penser à l’exposition universelle de 1889, y compris la construction de la Tour Eiffel – nous commencerons l’histoire par une citation de l’un des poètes les plus célèbres de cette métropole. Victor Hugo a écrit dans ses Maximes de l’art de vivre : « L’avenir a plusieurs noms. Pour les faibles c’est l’inaccessible, pour les craintifs l’inconnu, pour les courageux c’est l’opportunité. »

 

 

Il ne fait aucun doute que notre époque est une période de transformation

La Covid et le climat mondial sont les accélérateurs d’un changement que, si nous nous considérons comme des acteurs courageux, nous pouvons voir comme une opportunité. La mégatendance de la transformation mondiale est l’urbanisation. D’ici 2050, deux tiers de la population mondiale vivra dans des zones urbaines que l’on peut difficilement décrire comme la ville européenne classique. Les mégapoles émergent déjà aujourd’hui, posant un défi majeur à nos capacités sociales et organisationnelles. Deux chiffres illustrent les dimensions auxquelles nous devons faire face dans le cadre de l’urbanisation : 75 % de tous les déchets sont produits dans les villes, et ce chiffre va augmenter de 25 % jusqu’en 2050. Les montagnes de déchets vont croître au même rythme. C’est à ce moment-là au plus tard que SULO entre en jeu avec sa prétention à transformer les déchets d’aujourd’hui en ressources de demain. Nous pourrions également parler de Trilib’ (nom appartenant à la ville de Paris, chez SULO le produit s’appelle OPTRI), car ce système de stations de tri avant-gardiste est en train d’inspirer le traitement des déchets urbains à Paris et de lui faire franchir une nouvelle étape.

 

Notre vision de la ville dans laquelle nous aimerions vivre

Mais d’abord, restons-en à la ville et à la vision de la façon dont nous aimerions vivre ensemble. Dans le sens de Victor Hugo, le spectre du possible s’étend entre les pôles de « l’inaccessible » et du « plein de possibilités ». D’un point de vue humaniste, il ne fait aucun doute que l’avenir devrait toujours être conçu pour être accessible aux personnes faibles et défavorisées. Concrètement, cela signifie connectivité, intégration, participation, tant dans l’espace que socialement. C’est déjà une exigence essentielle des urbanistes, architectes, sociologues et politiciens qui réfléchissent ici et maintenant à la ville du futur. En outre, tout le monde s’accorde à dire que la ville idéale doit être plus verte et plus durable, plus propre et plus conviviale. La croissance doit être mieux organisée et les flux de circulation et de déchets doivent être orientés vers des voies plus durables, notamment grâce à la digitalisation des produits et services, et plus largement à la promotion de la ville intelligente, dont on parle beaucoup.

La reconquête de la ville par l’homme

Le fait que l’exigence d’une « échelle humaine » jouisse d’une telle popularité dans l’urbanisme moderne est compréhensible si l’on considère que de grandes parties de nos villes ont souvent rimé avec zones de transit et de consommation depuis le milieu du XXe siècle. La primauté de l’automobile a entraîné le déplacement des espaces piétonniers et de rencontre. Ce que l’architecte et urbaniste danois Jan Gehl a appelé l’architecture « birdshit » du fonctionnalisme caractérise encore aujourd’hui la fragmentation de l’espace dans de nombreux endroits. Les bâtiments conçus sur la planche à dessin, apparemment assemblés au hasard, n’offrent ni références cultivées ni orientation. Pourtant, à l’apogée de la transformation moderniste, qui jusque-là n’avait guère été remise en question, le revirement est annoncé. Dans « Storia della Cittá », l’auteur italien Leonardo Benevolo décrit la ville comme un être vivant qui non seulement grandit, mais aussi protège ses habitants et a lui-même besoin de protection. Également publié dans les années 1970, « La vie entre les maisons » de Jan Gehl, dans lequel il développe une nouvelle vision de l’urbanisme à partir des observations et des constatations qu’il a faites lors d’un séjour à Sienne et d’une visite de la Plazza del Campo. L’équipe de Jan Gehl réussit toujours à transposer la philosophie de l’échelle humaine de Copenhague aux métropoles du monde entier et à la mettre en œuvre.

 

 

Les principes de la ville vivable

Du point de vue actuel, on pourrait penser que les principes d’une ville vivable sont évidents. Cependant, il faut une réflexion permanente pour pouvoir revendiquer et mettre en œuvre ce qui semble aller de soi. « La vision d’une ville vivante, sûre, durable et saine est devenue l’objectif universel auquel on aspire. Ses quatre principes – habitabilité, sécurité, durabilité et santé – peuvent déjà être réalisés dans toute la mesure du possible si les projets d’urbanisme accordent une priorité absolue aux besoins des piétons et des cyclistes et, en général, à la qualité de la vie urbaine. Les pionniers d’une nouvelle ère de l’urbanisme réussissent à aller au cœur de leur vision avec une terminologie concise.

 

 

Le 8/80 et la ville de 15 minutes

Avec le 8/80, les urbanistes de Gehlen décrivent une ville qui est aussi sûre et vivable pour les personnes de 8 et 80 ans. Dès lors que les membres les plus jeunes et les plus âgés de notre société peuvent s’y déplacer en toute sécurité, il en va de même pour le reste des citoyens. « Concrètement, cela signifie, entre autres, des trottoirs qui ne se terminent pas à l’intersection, mais qui la traversent, créant ainsi un seuil pour les voitures : Ainsi, les personnes qui marchent ne doivent pas quitter le trottoir, même si elles traversent une rue. Il est évident que de petites mesures sont déjà en mesure de créer des conditions plus conviviales pour les personnes dans la structure existante. Car le fait est que le point de départ des changements doit être la structure urbaine existante. Les développements urbains entièrement nouveaux sur des sites vierges, comme en Asie ou en Arabie, ne seront probablement pas la norme dans le monde occidental à l’avenir. L’approche de la ville en 15 minutes repose également sur la restructuration et la revitalisation créatives des bâtiments existants. Son représentant le plus éminent est Carlos Moreno, professeur de systèmes complexes et de villes intelligentes à l’université de la Sorbonne à Paris. L’idée sous-jacente est que les quartiers ou « superblocs » sont densifiés par un développement et une utilisation hétérogènes, de telle sorte que tous les services répondant à nos besoins se trouvent à moins de 15 minutes à pied. Cela signifie que les espaces verts, les possibilités d’achats et de travail, les soins médicaux, les installations sportives, récréatives et culturelles sont concentrés dans des zones locales, de sorte qu’il n’est pas nécessaire de parcourir de longues distances. Moins de transports, moins d’espace pour les voitures, plus de temps et un meilleur équilibre vie-travail semblent très séduisants et peuvent servir de référence pour une ville vivable et aimable, ou pour reprendre les mots de Carlos Moreno : « Nous avons transformé la ville en quelque chose d’éparpillé, sans vie, nous devons aimer l’endroit à nouveau. »

Les courageux ont la possibilité de saisir leur chance.

Les défis de l’avenir se profilent clairement à l’horizon. Aujourd’hui, nous avons la possibilité de décider dans quelle direction nous voulons évoluer. Lorsque la vision est claire, des solutions créatives peuvent suivre. La ville de Paris a choisi de promouvoir la durabilité, la propreté et la sécurité. Une partie très importante de ce parcours est la gestion des déchets. Ce n’est que lorsque les gens prennent conscience que les déchets sont une ressource précieuse qui doit être collectée et triée au lieu de polluer l’environnement, qu’il est possible de créer une ville dans laquelle tous les citoyens aimeront réellement vivre.

 

 

Trilib, la nouvelle liberté de tri – un post et un prélude.

Nous sommes fiers d’avoir pu travailler avec la Ville de Paris pour développer des stations de tri inédite et exceptionnelle qui s’intègre parfaitement dans le paysage urbain, qui est un lieu où l’on a plaisir à venir et qui donne envie aux citoyens de collecter et de trier les déchets. Trilib est un projet qui prouve ce qu’il est possible de faire lorsque toutes les personnes impliquées s’unissent et suivent une vision. Le nom Trilib est réservé exclusivement à Paris. Dans d’autres endroits, on parle d’Optri. Nous avons parlé du développement du Trilib avec le designer du produit Marc Aurel et le président du groupe SULO Michel Kempinski. Eux et toute l’équipe qui a participé au développement méritent les remerciements des personnes qui veulent la ville du futur, vivable, aimable, propre et sûre. Dans le cadre de « Let’s Talk Urbanisation », nous souhaitons offrir une plateforme pour parler de la ville du futur avec des designers, des urbanistes, des architectes, des sociologues et d’autres personnes sur une base régulière.

VOS TEMOIGNAGES

Madrid change de couleur

Qu’est-ce qui pousse une métropole à changer la couleur de 50 000 contenants à déchets après 35 ans ?...

Entretien avec Alejandro Arderius

“Nous sommes heureux que la ville de Madrid soit désormais un modèle pour l’économie circulaire.”

Parlons d’urbanisation

En tant que pionnier de l’économie circulaire, nous réfléchissons et échangeons sur l’avenir durable de nos villes. Nous nous sommes entretenus avec le célèbre designer de mobiliers urbains Marc Aurel ...

Une interview recyclable avec Michel Kempinski

C’est par une journée très chaude et ensoleillée, fin mars 2021, que nous avons rencontré le président du SULO Group Michel Kempinski à Langres, en France...

Un entretien avec le designer français Marc Aurel

“Une cité bien organisée amène ses habitants à se l’approprier, et à l’aimer.“

Nous sommes là pour vous !

Voulez-vous me parler personnellement ? Je m'en réjouis.

bonjour@sulo.com